Outils pour utilisateurs

Outils du site


Panneau latéral

APPLICATIONS WEB


  • Agendav / Baïkal : Calendriers, Agendas, CalDAV…
  • Searx : Moteur de Recherche comme Google sans le flicage.
  • Wallabag : Comme Pocket mais en Libre
  • DokuWiki : Ce Wiki
  • Shaarli : Gestionnaire de Favoris
  • Zerobin : Partage de messages chiffrés. Alternative à Pastebin
  • Etherpad : Editeur de Pads collaboratif
  • Lufi : Logiciel libre d’hébergement chiffré de fichiers.

TUTOS

LIENS

brique_sata

La Brique sur disque dur SATA 3,5’


Si comme dans mon cas vous utilisez la Brique pour faire de l’auto-hébergement et de ne pas se retrouver un beau matin avec le système figé et ne démarrant plus parce que le système de fichiers de la microSD est corrompu. Il faut bien se dire, qu’il n’y a pas plus fragile qu’une microSD ne serait-ce que due à une coupure de courant mais surtout à force de la solliciter par des lectures/écritures pouvant anéantir votre travail au bout d’un certain temps si toutefois vous n’avez pas pris la précaution de faire des images de sauvegarde régulièrement. Dans ce cas, il ne vous reste plus qu’à ouvrir la fenêtre…

Pour en venir au but de tout ça, il s’agit de faire fonctionner la Brique sur un Disque dur connecté en SATA. Même si ce dernier n’est pas parfait non plus, ça reste tout de même plus fiable pour y faire fonctionner un serveur. De plus le taux de transfert est largement plus élevé donc l’accès aux données, l’affichage des sites web hébergés seront un peu plus fluides.

Préparation


Veillez à bien suivre les instructions, il s’agit sans vouloir vous faire peur de mettre un peu « les mains dans le cambouis ». N’hésitez pas d’avoir l’assistance d’une personne assez expérimentée dans le domaine pour effectuer les différentes tâches qui vont suivre car à aucun moment je ne me tiendrai responsable des dommages survenus sur votre système.

Il s’agit de faire la manipulation sans démonter la brique. Il faudra juste la débrancher (en SSH tapez poweroff) le temps de connecter le Disque dur au port SATA situé en façade. Une fois fait on redémarre la brique normalement.

Le disque dur doit-être bien-sûr alimenté. Si vous utilisez un disque dur 2,5’ dans ce cas utilisez juste ce câble puis le connecter en façade à gauche du port SATA. Autrement étant donné qu’un disque de 3,5’ consomme plus, je préfère ne pas trop solliciter l’alimentation de la carte OLIMLEX. Donc il vous faut une alimentation externe délivrant à la fois du 5V DC et 12V DC. Quant à moi j’ai joué un peu les « Mc Giver » en récupérant le contrôleur d’alimentation d’un vieux disque dur USB ainsi que son châssis pour poser mon disque SATA (voir photo)

Préparation du disque dur


Mon disque dur est un Western Digital de 320 Go SATA connecté à présent sur la Brique. Celui-ci est neuf et vierge donc procédons au partitionnement et au formatage en se connectant via SSH (root) à la brique.

Repérage du disque dur

fdisk -l

Je vois grossièrement :

/dev/mmcblk0 # la microSD
/dev/sda # Le disque dur

On peut y aller (si votre disque est déjà partitionné ext4 et formaté, vous pouvez sauter cette étape) :

fdisk /dev/sda

Créer une partition primaire avec le type de partition « Linux ». Référez-vous au manuel de fdisk pour cela.

Une fois sorti de fdisk on formate avec le système de fichiers EXTFS(4) qui est identique à celui de la microSD :

mkfs.ext4 /dev/sda1

Répondre « yes » et attendre un peu mais pas longtemps

fdisk -l

vous devez voir apparaître

/dev/sda1 # avec la bonne taille et le type de partition

On veut le système de la brique installé sur /dev/sda1

Une chose à savoir ! La brique, du moins le modèle de carte OLIMEX A20-LIME2 que je possède est incapable de démarrer / booter sur un support amovible autre que la microSD et donc inutile de mettre le flag « BOOT » lors du partionnement du disque dur. Pas de microSD, pas de Brique Internet, ne me demandez pas pourquoi. De ce fait nous gardons la microSD, n’ayant pas le choix mais dans ce cas elle nous servira juste de partition “/boot”

Configuration du BOOT


Le but de cette procédure est d’informer la microSD via le fichier boot.scr de démarrer le système / sur le disque dur /dev/sda1 :

On édite :

pico /etc/default/flash-kernel

Recherchez

root=/dev/mmcblk0p1

et remplacez par

root=/dev/sda1

On génère le nouveau

boot.scr

avec la commande :

flash-kernel

puis modifier fstab bien évidement :

pico /etc/fstab

pour ressembler à ceci :

/dev/mmcblk0p1 /boot ext4 defaults 0 1 # /boot on the SD card
/dev/sda1 / ext4 defaults 0 1 # root on SATA drive

Nos supports sont prêts.

Migration du système


Il s’agit à présent de copier le système entier de la microSD sur le disque dur. On met en route la cafetière le temps de stopper les services principaux afin d’éviter les écritures sur la microSD lors de la copie au risque de corrompre encore une fois le tout.

service nginx stop
service mysql stop
service postfix stop
service rmilter stop
service dovecot stop

Le café est prêt ? On y va donc en copiant le système tout entier. Ceci-dit il est inutile de copier les dossiers systèmes comme /proc /sys /run /mnt /media /tmp et surtout /lost+found qui sont reconstruits au démarrage en fonction de l’environnement sur lequel le système repose. Tout d’abord on va monter notre disque dur afin de le rendre accessible et qui sera donc la cible si vous avez bien tout suivi.

mount /dev/sda1 /mnt
Le disque dur est désormais accessible depuis la partition /mnt et en faisant un dir /mnt vous devez voir s’afficher le dossier « lost+found » et rien d’autres sinon c’est que vous aviez raté quelque chose. Dans ce cas vaut mieux tout reprendre tranquillement.

Si tout est ok on ne copie pas, mais on va plutôt dire « Synchroniser les données » afin de ne rien perdre au passage et de retomber sur nos pattes, tout en excluant nos fameux dossiers systèmes :

rsync -aAXv --exclude={"/dev/*","/proc/*","/sys/*","/tmp/*","/run/*","/mnt/*","/media/*","/lost+found"} / /mnt

La procédure a pour moi durée environ 20min. A présent le système est copié sur le disque dur, mais il faut savoir que du coup le kernel (/boot) se trouve aussi sur le disque et nous on ne le veut que sur la microSD. Pour se faire :

cd /mnt
mv boot boot.bak
mkdir boot
mount /dev/mmcblk0p1 boot
rsync -av boot.bak/ boot/

Pour l’instant “/boot” contient le système complet présent sur la microSD. Après le reboot de la brique si tout se passe bien, on va épurer ce qui nous servira plus c’est-à-dire que sur la microSD il ne reste que “/boot” avec le kernel et sur le disque le système et les datas.

Réorganisation


Même si cette étape est facultative, il est toujours bien d’avoir son système bien organisé au niveau partitionnement. Si le redémarrage de la brique s’est bien effectué, on doit pouvoir se reconnecter en SSH. On doit être logué en root sur le disque dur. On peut vérifier avec

dir /boot
On obtient bien le kernel + les dossiers de notre système, ceux qui se trouvent sur la microSD

Sinon encore raté.

On remet tout en ordre (Attention bien recopier) :

update-initramfs -u

Si vous êtes un peu parano voire maniaque comme moi, rebootez à nouveau pour s’assurer du bon redémarrage de la brique avec tous ses services.

Et voilà !!

brique_sata.txt · Dernière modification: 2017/11/16 10:48 par svnet